Actualités

Téléchargement :

La Fédération de la Plasturgie et des composites publie ses chiffres 2017 et les tendances de la profession

20 décembre 2017

En 2017, la profession de la plasturgie et des composites retrouve son plus haut niveau historique avec un chiffre d’affaires de 30,2 milliards d’euros, quasiment identique à celui de 2007 (31 milliards d’euros). Au cours des trois dernières années, les performances du secteur de la plasturgie se sont confirmées, avec une croissance de son chiffre d’affaires de 2,8 % par an en moyenne.

 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

L’automobile, la construction, la cosmétique, l’électronique et le médical sont les secteurs porteurs en 2017, et représentent de véritables leviers de croissance.

 

Des niveaux de production plus dynamiques que dans le reste de l’Europe

Entre 2000 et 2017, la production de la plasturgie a augmenté en moyenne de 0,8 % par an en volume, soit le même rythme que la zone euro.

L’évolution récente de la production témoigne d’un important essor. Au cours des trois dernières années, son rythme d’augmentation moyen est de 4,3 % par an en France, contre 3,1 % en zone euro et 2,7 % en Allemagne. Une évolution que l’on peut qualifier de remarquable, puisqu’elle s’est produite dans un contexte de réduction du nombre d’entreprises et des effectifs. « Nos niveaux de production ont permis des gains de productivité. Sur la période 2000-2015, on estime que la productivité par tête a augmenté de 2,1% en France, contre 1,2 % en Espagne, 1,1 % en Allemagne et 0,1 % en Italie », explique Florence POIVEY, Présidente de la Fédération de la Plasturgie et des Composites.

 

Un effort d’investissement plus important que dans tous les autres grands pays européens

En moyenne, sur la période 2009-2015, les investissements bruts en biens corporels représentent 67% de l’EBE dans la plasturgie, contre 50% en Allemagne, 44% en Italie, 38% en Espagne et 21% au Royaume-Uni. La plasturgie française a maintenu un taux d’investissement de 14,4% en moyenne sur la période, contre environ 13,5% dans la zone Euro. « Cela démontre la volonté des plasturgistes de s’inscrire dans l’avenir et d’anticiper la croissance ! » indique Florence POIVEY. « Dans le même temps, les exportations de la plasturgie française se consolident de manière sensible. Le taux de couverture des importations s’accroit et démontre une forte compétitivité. Notre profession se positionne ainsi comme moteur dans l’industrie française » conclut-elle.

 

Le communiqué de presse est disponible en téléchargement ci-contre.

Télécharger le Panorama de la Plasturgie ICI

Site internet de la Fédération de la Plasturgie et des Composites